Pourquoi la femme dépendante affective fait fuir les hommes…

femme dépendante affective

 

En règle générale une femme dépendante affective n’a pas beaucoup de difficulté à rencontrer un partenaire. Elle a même plutôt de l’aisance à attirer à elle des hommes qui ont envie de la séduire, puisque sa blessure émotionnelle dégage une vibration invisible qui exprime un manque et un besoin à combler.

Par conséquent elle va attirer à elle des partenaires qui vont répondre à cette vibration par une autre vibration semblable et complémentaire. La femme a besoin d’être choisie exclusivement alors que l’homme a besoin de séduire. Ainsi le besoin de l’un est complémentaire au besoin de l’autre et chacun est persuadé de pouvoir combler son besoin à l’extérieur de lui, par l’intermédiaire d’une rencontre… ou dirais-je plutôt LA RENCONTRE que chacun recherche désespérément  et espère enfin trouver un jour.

Durant la phase de séduction, lorsque l’un et l’autre ont une attirance parfois inexplicable, la relation peut évoluer relativement vite, ce qui est loin d’être un gage de sécurité et de longévité. Dans certains cas, il n’y a même pas de réelle attirance physique, sans parler de compatibilité de personnalités. Mais la femme dépendante affective en sera à moitié ou complètement inconsciente, se laissant totalement aveugler par son besoin d’être aimée, choisie et comblée par l’autre alors qu’en réalité son véritable besoin serait plutôt d’apprendre à le faire par elle-même.

dépendance affective fait fuir les hommesC’est généralement dans ce genre de circonstances que l’homme finit par prendre la fuite, souvent peu de temps après la rencontre parce qu’il ne supporte pas la pression qu’il ressent d’avoir à répondre à autant d’attentes.


La femme dépendante affective répète ce schéma, malgré elle, d’une relation à une autre sans comprendre pourquoi elle tombe toujours sur ce genre d’hommes. Elle le répète parce qu’elle ne sait pas s’y prendre autrement. C’est comme ça qu’elle a appris à fonctionner et qu’elle fonctionnera jusqu’au jour où elle n’en pourra plus de vivre ces relations qui la font souffrir.
Voyons ensemble le mode de fonctionnement et les comportements récurrents d’une femme dépendante affective, qui la conduisent à faire fuir un homme malgré elle :

1- Elle entre en relation avec l’illusion que l’homme comble son vide affectif et ses besoins, qu’il réponde à ses attentes et la rende heureuse.
Sans le réaliser, elle met une pression énorme sur les épaules d’un homme et même si ce n’est pas perceptible au début de la relation, l’homme finit par ressentir cette vibration qui émane d’elle. Ne pouvant et n’ayant pas envie de répondre à ses attentes trop lourdes à assumer, il finit par prendre ses distances jusqu’à provoquer la rupture.
Elle a été conditionnée à croire que le but de la relation c’est d’aimer l’autre pour que l’autre l’aime en retour. C’est pour cette raison qu’elle ne comprend pas que l’homme ne réponde pas à ses attentes, alors que de son côté, elle donne son maximum.

2 – Elle s’emballe dès le début de la relation et précipite les choses
Elle ne prend pas le temps d’apprendre à connaître l’autre pour vérifier s’il y a véritablement une harmonie et une compatibilité entre eux. Elle se laisse aveugler par les apparences et ses mots enjôleurs et ne prend pas le temps nécessaire de vérifier si ses dires correspondent à ses actes. Même lorsque la relation dure suffisamment longtemps pour lui démontrer que les actes de son partenaire sont contradictoires à ses paroles, elle en est la plupart du temps inconsciente ou se leurre en lui trouvant des excuses.
Très rapidement, parfois même dès le début de la relation, elle s’imagine des projets à deux sans même prendre le temps de vérifier si l’autre est sur la même longueur d’ondes qu’elle. Elle fait l’impasse sur des critères importants qui étaient pourtant des priorités sur sa liste de désirs dans une relation à deux, accordant la priorité à la précipitation, toujours par peur de rater une belle occasion. Elle ne réalise pas que c’est justement toute cette précipitation qui conduira l’homme à la fuir quelques temps plus tard.

3 – Elle cherche à être aimée et à être choisie exclusivement au lieu de chercher à vérifier si l’homme lui plaît et lui convient
Elle a un tel besoin de recevoir de l’amour, de l’affection, de la reconnaissance et d’être importante aux yeux d’un homme ( tout ce qu’elle n’a pas réussi à avoir et à être aux yeux de son père ) qu’elle se jette à cœur perdu dans une relation sans même prendre le temps de vérifier si la personnalité de l’homme lui correspond vraiment, pourvu qu’il la choisisse et comble son vide affectif. Elle ne réalise pas qu’elle renie sa véritable identité pour plaire à cet homme et que plus elle le fait, plus son manque grandit. Elle devient une autre, celle qu’elle croit devoir être pour lui plaire et le posséder. Elle se met souvent sur une position d’infériorité par rapport à cet homme et se valorise à travers lui. Ce manque de confiance en elle est un aspect qui, au lieu de charmer l’homme, le refroidi.

4 – Elle est toujours disponible pour l’homme
Pour une femme dépendante affective, être en relation signifie vivre exclusivement pour cette relation. Sa vie finit par se résumer à sa relation. Elle laisse tomber ses loisirs, sa créativité, ses talents, sa famille, ses sorties entre ami(e)s et tout ce qui lui procurait du plaisir avant la rencontre. Elle abandonne tout progressivement jusqu’à le faire complètement afin d’être toujours disponible pour l’homme auquel elle est attachée. Comme il a compris qu’elle est à sa disposition il a le pouvoir sur elle et sur la relation. C’est lui qui décide quand, comment et où et elle ne fait qu’obéir, de peur, là encore, de le perdre. C’est devenu un jeu malsain mais pour lui c’est même devenu un jeu sans saveur car sa partenaire est finalement devenue comme toutes les autres qu’il a connues auparavant. Comme elle ne s’estime pas, elle perd de son attrait à ses yeux et lui prend alors l’envie d’aller voir ailleurs si l’herbe y est plus verte.

5 – Elle aime trop et en fait toujours trop pour plaire à l’homme en oubliant ses propres besoins.
Elle ne réalise pas qu’elle n’existe plus que pour lui, qu’elle oublie ses propres besoins et les fait passer après ceux de son partenaire. Elle espère qu’en agissant ainsi, il s’empressera de répondre à ses attentes mais c’est l’inverse qui se produit. C’est la raison pour laquelle elle a l’impression qu’elle donne toujours plus qu’elle ne reçoit. Cette frustration finit par la rendre désagréable, aigrie et accusatrice vis à vis de son partenaire et devinez comment il réagit ? Las d’entendre ses reproches, il prend ses distances, bien évidemment !

6 – Elle succombe à la passion fusionnelle et s’offre sexuellement beaucoup trop vite
De nos jours, une femme devrait être libre de faire l’amour quand elle en a envie et avec qui elle en a envie. Malheureusement, bien que nous soyons au 21ème siècle, de nombreuses idées fixes sur le sujet bloquent le mental et la liberté de nombreuses femmes et cela crée souvent un conflit intérieur qui les auto-sabotent et les empêchent de répondre à leurs vrais besoins physiques et émotionnels. De la même façon, l’homme a tellement été conditionné à être un chasseur que lorsque selon son « endoctrinement » il estime que la femme s’offre trop facilement à lui, il perd alors tout intérêt pour cette femme qui pourtant le subjuguait au départ. Beaucoup d’hommes sont encore de nos jours incapables de considérer la femme comme leur égal dans beaucoup de domaines, y compris le domaine sexuel. La plupart des femmes sont incapables d’écouter et de répondre à leur réels besoins et confondent souvent le besoin de tendresse, d’affection et l’envie de flirter avec l’envie de sexe. C’est ainsi que parfois, elles cèdent trop rapidement et facilement aux attentes sexuelles d’un partenaire alors qu’en réalité ce n’est pas ce dont elles ont réellement envie. Et elles le font d’une part, parce qu’elles sont persuadées qu’elles doivent être accessibles si elles veulent avoir une chance de plaire à cet homme et de le garder, et d’autre part parce que si elles ne le font pas elles ont peur de le perdre et donc d’être passées à côté d’une belle histoire. Cette peur de passer à côté de l’amour de leur vie revient en permanence parce qu’elles sont persuadées que leur vie n’aurait pas de sens sans une relation à deux.
dépendante affectiveElles ne savent pas qu’en agissant ainsi elles provoquent l’effet inverse. Un homme qui a réellement envie de poursuivre une relation avec une femme saura attendre qu’elle soit prête pour s’offrir à lui. Il ne s’agit pas de le faire languir éternellement mais de se respecter dans son réel besoin et dans son envie véritable. Il s’agit d’être authentique envers soi et envers son partenaire. En règle générale une femme qui souhaite une relation durable a rarement envie de passer à l’acte sexuel dès les premiers jours de la relation, même lorsqu’elle est très attirée par l’homme qu’elle vient de rencontrer. Il peut y avoir une exception  lorsqu’elle s’est abstenue durant un certain temps d’avoir des relations sexuelles. Dans ce cas, lorsqu’elle en est consciente et qu’elle assume totalement son choix, elle répond à son réel besoin, et elle a entièrement raison de le faire, car c’est un acte d’amour pour elle-même. Mais en dehors de cette exception, en règle général, au début de la relation, la femme a plutôt envie de partager des moments de tendresse et de complicité, et pourtant sa dépendance affective la conduit à se saboter elle-même parce que son vide est tellement immense qu’elle préfère se contenter de l’acte sexuel plutôt que de ne rien avoir. C’est ainsi qu’inconsciemment, elle utilise la sexualité pour manipuler l’homme.

Qu’est-ce qui fait qu’une femme dépendante affective en arrive à vivre ce genre de situations dans ses relations amoureuses ? Parmi les différentes causes on retrouve :

  • Un grand vide affectif à combler
  • Un manque d’amour pour soi
  • Un manque de confiance en soi et d’estime pour soi
  • Le besoin de reconnaissance
  • La peur de ne pas être à la hauteur et de ne pas faire assez ou assez bien
  • La peur d’être abandonnée
  • La peur d’affronter la solitude
  • La peur de se retrouver seule pour le restant de ses jour
  • La peur de ne pas trouver mieux / elle croit qu’elle ne mérite pas mieux donc se contente de miettes
  • L’illusion qu’elle ne peut survivre sans une relation sentimentale

Toutes ces peurs et ces aspects sombres ont son origine dans l’enfance et la femme n’a cessé de les nourrir tout au long de sa vie au travers des différentes expériences sentimentales qu’elle a vécues. C’est notamment le cas des comportements immatures qu’elle a malgré elle envers les hommes qui ont côtoyé son chemin.

Le but de cet article n’est pas de vous amener à contrôler vos comportements immatures dans vos relations avec les hommes car cela n’apporterait aucun résultat durable. Cela ne ferait que créer davantage de frustration et de manque d’amour pour vous-même, ce qui vous conduirait par la suite à être encore plus dépendante.
Il s’agit plutôt de vous amener à conscientiser votre comportement et vous inspirer à faire le choix digne et mature de commencer un profond travail sur vous-même qui vous fera sortir de ce cercle vicieux. Lorsque vous aurez appris à vous engager avec vous-même dans un processus de guérison, votre vision de vous-même, des hommes et des relations changera et vous cesserez alors d’attirer à vous des hommes qui ont peur de s’engager. 

signature Cristina Marques


Cet article a été écrit par Cristina Marques. Si vous souhaitez partager cet article voici le lien complet : http://www.magneticobonheur.com/magneacutetico-blog/pourquoi-la-femme-dependante-affective-fait-fuir-les-hommes

Merci de respecter la mise en forme, et de ne pas modifier le texte ni les images.
Pour recevoir les prochains articles de Cristina Marques, inscrivez-vous à la Newsletter
Découvrez toutes mes activités sur mon site www.magneticobonheur.com
Découvrez mon livre

 « Confidences d’une ancienne dépendante affective »
Suivez-nous sur facebook et rejoignez le groupe de soutien

Certaines images sur cette page sont la propriété de la société EPICTURA ou de ses fournisseurs et ayants droits. Le contenu ne peut être exploité sans licence ni sans l’autorisation expresse, par écrit de la société EPICTURA

23 réflexions au sujet de « Pourquoi la femme dépendante affective fait fuir les hommes… »

  1. Je me reconnais bien dans ce profil ! Mais au lieu de me donner des outils pour m aider à sortir de la dépendance il me fais me culpabiliser ! J ai l impression d être l’unique raison de mon échec sentimental et celà me fait encore moins aimer ce que je suis ! Je comprends qu il faut passer par un travail de valorisation de soi mais c est difficile quand on se culpabilise de nos comportements ! C est un cercle vicieux pas facile à quitter ! Des idées pour aider à mieux s accepter pour vouloir rester seul avec soi-même ?! Merci cristina

    1. Ne vous culpabilisez pas, l’article, excellent, est malgré cela incomplet et oublie un peu de parler de la non-sincérité, de la lâcheté profonde des hommes, et de leur immaturité infantile bien moderne qui les empêchent de combler la femme. Ils n’ont souvent aucun respect réel pour la femme et ne cherchent que des bons moments, à collectionner. Le modernisme décadent ne dit pas cela car on veut faire passer ces comportements instables et immatures pour « normaux » et « évolués », alors qu’il s’agit plutôt de pathologie profonde, la même qui rend les parents irresponsables et froids, d’où le manque d’amour non reçu par les enfants de nos sociétés modernes.
      Bref, votre culpabilisation n’est pas juste, ou alors elle devrait concerner tout le monde, et d’abord vos parents qui n’ont pas donné l’amour qu’il fallait, puis les hommes adulescents que vous rencontrez, et vous, si vous ne réagissez pas. Ceci dit, culpabiliser ne sert à rien, il vaut mieux enrichir sa propre vie par ailleurs, même dans la solitude, et une fois l’équilibre intérieur retrouvé, l’amour suivra.

      1. Ton commentaire,Alan,m’a interpellé…je le partage en presque totalité et admire ce discernement dont tu fais preuve avec grande maturité et intelligence….qualités qui se font de plus en plus rares,hélas,je trouve…
        Au plaisir de te relire,
        Sev.

    2. Je te comprends bien, Julie. Je me suis reconnue aussi. L’avantage, si on est responsable, c’est qu’on peut de ce fait changer les choses. (Si on ne se sent pas responsable, on subit les choses, et elles vont donc continuer). Se dire que jusqu’à présent, on a fait au mieux comme ça. On ne pouvait pas faire mieux. Si tu as lu ce texte (comme moi), c’est que tu étais prête à changer. Doucement, difficilement, avec des hauts et des bas, mais tu vas changer. Moi j’ai fait des listes : « ce que je recherche », « ce que je ne veux plus », mais aussi « mes rêves, ce que j’aimerais faire ». Demande à l’univers de t’aider. On vient de me conseiller de regarder « les clés du secret » de Daniel ?? Sevigny; Mets des choses claires dans ta tête, avance doucement, retourne-toi de temps en temps pour voir comme tu as fait des progrès (bon pour l’estime de soi), fais un cahier de super choses qui te sont arrivées, au jour le jour. Ca t’aidera à voir les choses plus roses. Moi, je vais voir Amma du 1er au 4 Novembre à Toulon. Je ne pensais pas le faire un jour, je m’en sentais incapable et indigne. Courage, on va y arriver.

      1. monique,
        Vous allez voir Amma à Toulon ? Bravo ! Moi aussi, je la suis depuis 25 ans. 😉
        Rien ne fait plus de bien qu’une démarche spirituelle, en effet, cela permet d’avoir un recul sur tout et d’être bien plus fort dans la vie de tous les jours, sans parler de l’ouverture du coeur, coeur qui rime avec bonheur… 😉

        1. Thank you for the sensible critique. Me & my neighbor were just preparing to do a little research about this. We got a grab a book from our local library but I think I learned more clear from this post. I am very glad to see such excellent inmorfation being shared freely out there.

  2. Si bien sur .. J’ai moi même découvert très tard que je suis codependant affectif. Aussi appelé le syndrome du sauveur. Et le syndrome du St Bernard

  3. Quand j’ai commencé à lire l’article, je me suis dit que cela ne me concernait pas mais j’ai continué de lire malgré tout, car j’avais un appel très fort. Et puis, j’ai reconnu des remarques que certains de mes ex m’ont faite « tu t’attaches trop vite », « tu as trop besoin de la reconnaissance des autres »… Et puis évidemment, je sais que je fais tout pour l’autre dans les débuts et ensuite je n’arrivais pas à m’expliquer cette rancœur envers l’autre, maintenant je comprends mieux ! Ayant subi des abus pendant l’enfance, je sais que je dois suivre le chemin de la confiance en moi et de l’amour de moi-même par moi-même mais parfois la route semble longue et je perds l’espoir ! J’arrive à 41 ans à me dire que je serai mieux toute seule ! Tant pis pour mes rêves de couple heureux et uni pour toujours… Bonne chance à toutes les personnes qui sont sur ce même chemin, chaque être humain mérite l’AMOUR <3

    1. En dehors du long travail sur vous-même, que vous devez effectivement faire, comme le dit l’article, il y a aussi le problème du choix de vos partenaires, qui n’ont apparemment aucune stabilité, ni sincérité , à ce que je vois. Les gens ne sont pas parfaits, alors s’il fallait laisser tomber le partenaire à la moindre difficulté, franchement, ce ne serait plus vivable. Personnellement, je ne vois pas pourquoi vous devriez vivre forcément seule : apprenez à vous aimer, oui, mais aussi, choisissez mieux vos partenaires, comme ça, il n’y en aura qu’un. Personnellement, j’ai une partenaire ayant connu ces échecs, et je suis très loin de la laisser tomber pour autant, au contraire, plus je vois de défauts en elle, plus je l’entoure d’amour. L’amour, ça se construit patiemment, et même si l’autre a des soucis et des blessures, on ne l’abandonne pas. Ecoutez la video youtube « les clichés selon Alain Badiou », ce philosophe explique très bien ça. https://youtu.be/AOSTZSn0PrE Bonne chance.

      1. Je sius dépendante affective et depuis 2ans je fais des meetings pour dépendant affectif et je me connais mieux j’apprend en partageant avec des gens en écoutant les partages je ne suis plus seule avec mon problème je vais beaucoup mieux ..Un jour à la fois.

      2. Merci Alan de votre commentaire. Je ne blâme pas les hommes de ma vie car ils sont partis car j’ai tout faire pour ! Comme vous le dîtes si bien, le choix du partenaire est essentiel et à s’attacher trop facilement à la mauvaise personne, on réalise quelques temps plus tard que rien ne va ! Je sais maintenant que je dois avant tout soigner mes blessures du passé avant de pouvoir être la partenaire idéale pour moi et/ou pour quelqu’un d’autre ! Arrêter de donner aux autres avec l’espoir inconscient d’un retour… Si je suis honnête avec moi-même je pense pouvoir dire qu’il y a 20 ans que je n’ai pas AIMÉ, j’ai été amoureuse, j’ai vécu de belles histoires et de belles rencontres, j’ai grandi grâce à elles, j’ai eu deux beaux enfants mais je n’ai rien construit… Peut-être que pour l’instant j’ai besoin de lâcher-prise pour me retrouver et laisser le temps faire son travail de guérisseur ! Je ne regrette pas toutes mes erreurs, j’aurais juste aimé que la vie soit plus facile et surtout, surtout j’espère qu’un jour je trouverai la Paix et le Bonheur… c’est que je souhaite à tous…

  4. C’est hyper sexiste je trouves, comme si c’était l’unique faute de la femme, je trouve que c’est très culpabilisant et que cela ne prend pas en compte le conditionnement énorme que vivent les femmes de part leur éducation et cette société patriarcal.

    1. Et très hétérocentré, comme si on devait être parfaite pour convenir à l’homme, j’aimerais voir des hommes matures et respectueux. Dsl mais cet article est plein de conditionnement, de préjugé et ne représente en aucun cas une réalité objective. Plein de jugement et « d’objectif à atteindre » pour être accepter.

      1. Mais il ne faut pas culpabiliser du tout, ce n’est pas la faute de l’article si vous le faites. L’article a pour but de pousser les gens à se remettre en question, à faire une introspection afin de limiter les souffrances et les échecs, c’est écrit dans un but dynamique de changement, et non dans un but passif de culpabilisation. Bien sûr, l’article aurait pu être mieux, et prévoir la culpabilisation des lectrices, en disant que c’est d’abord la faute des parents qui ne donnent pas assez d’amour et fragilisent ainsi gravement leurs enfants, et que c’est la faute des hommes immatures qui, n’étant pas sincères en amour, fuient lâchement à la première difficulté, etc, et cela aurait été très juste de le dire. Mais il n’empêche que la dépendance affective concerne tout le monde, et non pas seulement les femmes, car tout le monde peut être très blessé par le fait de ne pas avoir reçu assez d’amour des parents, surtout en cette ère de divorces permanents et hystériques. D’ailleurs, les statistiques montrent que les hommes fuient beaucoup plus la solitude que les femmes, ils en ont une peur bleue. Alors, pourquoi culpabiliser ? Les hommes sont souvent plus faibles psychologiquement que vous ! Parce qu’ils sont blessés aussi.
        Mais je suis d’accord avec vous, personne n’est parfait, et un homme qui fuit une femme blessée est un imbécile immature, et un partenaire sans aucune sincérité de coeur. Par contre, trop lutter contre la société patriarcal n’a pas eu que du bon : cela a augmenté de façon incroyable le nombre de divorces, a rendu les gens volages, immatures et non sincères en amour, ce qui a profondément blessé les enfants de divorcés, vous et moi, et donné la situation présente ! Alors augmenter les dégâts avec un féminisme aveugle ne donnera rien de bon, changeons-nous nous-mêmes, plutôt que de changer la société et le monde extérieur.

  5. Bon, tout ce qui a été dit me concerne. Je suis la quintessence de la femme dépendante affective. Ça je le sais et ce depuis quelques temps. Mais ne pas répéter les mêmes comportements qui détruisent tout? Ces mécanismes font tellement partie de soi! J’ai lu les 4 mois toltèques de Don Ruiz. Et cela m’a beaucoup aidé. Il a aussi écrit une version concernant l’amour et les relations amoureuses.
    Ne serait – il pas plus constructif de que pour chaque point soulevé y ajouter un chemin vers la solution?
    Il y a longtemps que je sais que j’avais un « defaut » car après tant d’échecs on ne peut se regarder dans le miroir sans se poser de questions quant à leur origine…
    Cependant la voie vers la guérison est longue et difficile et surtout pas la même pour chacun d’entre nous.
    Tout cela pour dire que peut être reste t – il de l’espoir pour nous…

  6. Bonsoir,
    Je trouve cet article très bien, et je me suis bien reconnue dedans. Je le prends bien car j’ai déjà pas mal avancé sur mon travail sur moi-même, et donc mon ego ne s’est pas senti froissé, bien au contraire, ça m’aide un peu plus à avancer.
    J’avais déjà bien identifié le problème, mais je ne savais pas trop pourquoi j’attirais les hommes sans trop de difficulté, mais que derrière, il y avait toujours ce schéma où je les sentais fuir peu à peu et plus ils fuyaient, plus je m’accrochais, parfois même à en arriver à m’attacher à eux à ce moment là alors qu’avant, ce n’était pas tant le cas. D’ailleurs, j’ai bien dit attachement, on est déjà pas dans de l’amour là…
    Grâce à cet article j’ai mieux compris ce que je pouvais dégager comme message, par des petites phrases mine de rien, des reproches sur ce qu’ils ne donnent pas ou ne font pas, mon côté méfiant qui implicitement amène à se justifier ou à expliquer et moi de répondre que je n’ai rien demandé etc. Je pensais que ça venait plus de mon fort caractère et mon côté assez indépendant : divorcée, partie vivre seule à 1000 km de tous mes proches et famille, auto-entrepreneuse, active socialement etc…, mais en fait ça fait partie de ce qui les attirait chez moi, donc le problème venait d’ailleurs, et clairement c’est ça, ce paradoxe de la femme indépendante qui d’apparence ne va pas tout attendre d’eux comme des sauveurs, mais qui en fait, est dans une abnégation totale quand elle est en relation, que je sois amoureuse ou non, j’ai joué la même musique à chaque fois… Hyper disponible, dévouée, la vie s’arrête, seul mon couple compte… bref, aimez-moi quoi !!!! 😀
    Voilà, merci à vous, ça m’a éclairé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *